Sélectionner une page
Interview avec Gilles, le créateur de Cucina Corsa

Interview avec Gilles, le créateur de Cucina Corsa

Interview avec Gilles, le créateur de Cucina Corsa

Avec près de 5000 visiteurs/mois et une présence dans 94 pays, l’application Cucina Corsa lancée par Gilles a déjà réussi son pari : Faire découvrir la gastronomie corse au plus grand nombre grâce à une appli qui propose des recettes et informe le consommateur sur les lieux où il peut trouver des produits corses authentiques. A l’aube de son 1er anniversaire, le créateur de Cucina Corsa dresse sur Andemu un premier bilan sur le développement de l’appli de sa naissance à aujourd’hui.

C’est quoi Cucina Corsa ?

Cucina Corsa est l’application qui met recettes et produits corses à portée de main, elle permet d’avoir accès à une sélection des meilleures recettes de la gastronomie Insulaire, des fiches produits, des conseils culinaires mais aussi une section « à proximité » permettant de trouver les producteurs les plus proches.

Ce projet est né d’une simple constatation, aucune application ne proposait ce type de contenu de manière libre sur les différents stores. C’est un moyen de mettre en avant notre île de beauté qui est tout aussi belle d’un point de vue culinaire ! Le but de Cucina Corsa est de permettre un accès facile et gratuit a l’essentiel de la gastronomie insulaire  pour les personnes désireuses d’en apprendre plus mais aussi de mettre en avant les producteurs de notre terroir. Avoir des recettes c’est bien mais avoir des informations sur les produits utilisés et un moyen de les trouver c’est encore mieux !

logo cucina corsa application de produits corses

Pourquoi ce nom ?

Cucina Corsa qui veut dire Cuisine Corse dans notre langue insulaire résume très bien le contenu de l’application et sonne mieux qu’en français ! Plusieurs noms ont été envisagés mais il était soit trop long, soit protégés.
Cucina Corsa rappelle à beaucoup d’entre nous l’association Cucina Corsa créée il y a plus de 25 ans par Guy Bartoli, Vincent Tabarani et Marcel Euvrard, trois hommes qui ont créé cette association dans le but de promouvoir et diffuser la gastronomie corse et ses produits au plus grand nombre. Je n’ai pas pris le temps de les contacter mais un partenariat pour faire le lien entre leurs activités et l’application serait intéressant.

interview avec Gilles de Peretti de l'application Cucina Corsa sur le blog corse Andemu

Gilles, le Créateur de l’application Cucina Corsa

A qui est destinée cette appli ?

Elle est destinée à tous les curieux et amateurs de cuisine, disponible gratuitement sur l’app store et google play elle est donc ouverte à plus de 7000 types de smartphones et tablettes.

recettes, où acheter des produits corses sur le continent, tout ce qu'on trouve sur l'appli cucina corsa

Ce qu’on peut trouver sur Cucina Corsa

Combien de recettes proposées à ce jour ? Qui peut proposer ses recettes ?

A l’heure actuelle ce sont 87 recettes qui sont référencées. Nous essayons de privilégier la qualité à la quantité, nous ajoutons donc les recettes, astuces et fiches produits au fil des saisons et après validation. Nous proposons aussi à nos utilisateurs de nous envoyer leurs recettes et si ces dernières ne sont pas présentes et de qualité nous les publierons.

Recettes corses sur l'appli Cucina Corsa

Une appli où chacun peut insérer ses recettes élaborées avec des produits corses

Combien d’utilisateurs ?

Ces derniers mois, ce sont, en moyenne, près de 5000 utilisateurs uniques qui se sont connectés plus de 20000 fois et qui ont visionné 210 000 “pages” de l’application. 

D’où proviennent les utilisateurs ?
Les utilisateurs de Cucina Corsa se trouvent dans plus de 94 pays et dans pas moins de 1298 villes ! Le top 10 des villes dans lesquelles on retrouve le plus d’utilisateurs sont :  Paris, Marseille, Ajaccio, Lyon, Aix en Provence, Bastia, Nice,Toulon, Toulouse ou encore Porto Vecchio !

les utilisateurs de l'application cucina corsa en Corse, en France et à l'étranger

Les utilisateurs de Cucina Corsa dans le monde

Vous avez lancé une fonctionnalité “A proximité”, pouvez-vous nous en dire plus ?

Cette carte interactive référence près de 200 producteurs, les fiches de ces derniers seront améliorées avec plus de contenu et nous sommes en train de référencer les points de vente en France et à l’étranger pour rendre Cucina Corsa fonctionnelle quelle soit votre lieu de résidence.

Bientôt un espace de vente à l’image d’une marketplace permettra de faire le lien entre utilisateurs, producteurs et boutiques.

recettes corses et boutiques corses à portée de main avec l'appli cucina corsa

Que peut-on vous souhaiter de mieux ?

De faire le plein d’utilisateurs et que le développement des services complémentaires soit plus rapide parce qu’il y a tellement de paramètres à prendre en compte !

En savoir plus : 

Christian, un Corse au Japon

Christian, un Corse au Japon

Christian, un Corse au Japon

Andemu vous emmène aujourd’hui au pays du soleil levant rencontrer Christian, un Corse établi depuis de nombreuses années dans la région de Tokyo au Japon. Vous vivez aussi à l’étranger et aimeriez partager votre expérience avec la communauté Andemu ? Envoyez moi un mail à andemu@gmail.com 😉

Pouvez-vous vous présenter ?

Tout d’abord bonjour et félicitations pour votre magazine en ligne, je me suis permis de lire certains articles et ai beaucoup apprécié l’image dynamique que vous donnez des corses qui vivent et travaillent à l’étranger.

Petite présentation succincte, 52 ans, marié, chef d’entreprise évoluant dans le secteur de l’import/export et de celui de la vente en ligne, ma famille est originaire des régions de l’Altu Taravu, du Cruzzini et de Balagna et je partage ma vie entre Ajaccio et la préfecture de Saitama près de Tokyo.

Rencontre avec Christian un corse de 52 installé à Saitama au Japon

Comment êtes-vous arrivé au Japon ?

J’ai créé une entreprise d’import de produits destinés aux motos de collection en 2010, Okaeri-Japan, étant moi même collectionneur j’avais de plus en plus de mal à trouver des pièces pour entretenir et réparer mes propres machines et je me suis donc tout naturellement tourné vers les marques et accessoiristes nippons.

Les échanges se faisaient à distance dans un premier temps mais la curiosité aidant je me suis rendu rapidement sur place pour rencontrer mes fournisseurs et visiter des salons.

Je n’avais paradoxalement pas d’intérêt particulier pour le pays avant cela et c’est donc le côté commercial qui me l’a fait connaître.

Je ne parlerai pas d’un coup de foudre immédiat mais d’un processus de séduction qui a fait que je me suis senti à l’aise et à ma place. Les japonais partagent beaucoup de valeurs communes avec celles de notre peuple et nous ne sommes donc pas particulièrement confrontés à des problèmes d’intégration ou de gestion d’un quelconque « choc culturel ».

Le processus de séduction ne s’est pas seulement limité au pays puisque j’ai épousé une japonaise en 2012.

Andemu rencontre un corse au Japon

Au détour d’une rue à Kyoto

Que faîtes-vous là-bas ?

Comme indiqué plus haut j’importe des produits destinés à l’entretien et à l’amélioration de motos et scooters de collection, la demande étant relativement importante j’ai du élargir à des véhicules plus récents, y compris non originaires du Japon comme Harley Davidson ou BMW par exemple. La ligne d’importation (ou d’exportation, tout dépend du côté où l’on se place) étant opérationnelle, je propose également des gammes de produits, toujours originaires de l’archipel, mais plus éloignés du milieu de la moto, univers de la pop culture tels que les jeux video, manga, anime, figurines etc etc… mais aussi vêtements et dans une moindre mesure alimentation. J’ai d’ailleurs fait tourner une machine à Kakigori (glace pilée japonaise) dans la région d’Ajaccio l’été dernier et elle a rencontré un certain succès.

Mon activité reste et demeure toutefois liée au mode de la moto, au sens le plus large du terme. Le Japon étant par essence le pays des deux roues il existe beaucoup de petites marques proposant des pièces destinées à la production domestique ou les véhicules importés. Je diffuse une partie de mes produits par l’intermédiaire du site de vente en ligne, cela concerne majoritairement la clientèle de particuliers, les pros se fournissant eux directement chez moi. La clientèle est surtout située dans les pays du nord de l’Europe, Belgique, Allemagne, Royaume Uni, Suède etc etc… j’ai également quelques clients fidèles en Espagne, Grèce et Portugal. Je travaille aussi ponctuellement avec des acheteurs plus éloignés, Amérique du Nord et du Sud, Australie, Hong Kong. La tendance actuelle est à la customisation avec des personnalisations souvent influencées par les préparateurs nippons comme Brat Style à Akabane, un quartier excentré de Tokyo. L’intérêt pour cette culture arrivera peut être en Corse mais ce n’est pas encore le cas pour le moment donc, en attendant, je vends ailleurs.

okaeri-japan-marque-import-export-japon

Parlez nous un peu de Tokyo

Je me rends à Tokyo au moins deux fois par semaine, il faut compter environ une heure et demie de trajet en « Rapid », le RER local. La ville où j’habite est considérée comme petite d’un point de vue japonais puisqu’il n’y a que 80000 habitants. Une grande partie de la population descend tous les matins à Tokyo ou à Omiya et retourne ensuite le soir, souvent très tard. Il y a un peu de vie nocturne ici, bar karaoké bien entendu mais aussi grands centres commerciaux sur plusieurs niveaux, salles de jeux d’arcade plus délirants les uns que les autres.

Je me rends souvent à Shibuya, c’est un peu le quartier branché de la capitale surtout vers Harajuku, Il y a beaucoup de petits troquets avec groupes jouant de la musique live, comme le Jet Robot près de la Takeshita street par exemple. Le parc de Yoyogi mérite aussi le détour, surtout le dimanche car on y rencontre des locaux et des expatriés, souvent vêtus de façon totalement surréalistes, du rocker à la poupée Lolita. Le quartier d’Akihabara est lui aussi très prisé des touristes car il concentre toute l’activité commerciale lié à la pop culture, il est cependant concurrencé depuis quelques années par celui d’Odaiba, une ile artificielle construite de toute pièce dans la baie de Tokyo. On peut y voir entre autre un robot Gundam grandeur nature.

Shinkuju : un bon endroit pour sortir le soir dans Tokyo au Japon

Shinjuku, un quartier où il fait bon sortir le soir tombé à Tokyo

Connaissez-vous beaucoup de Corses au Japon ?

J’ai du croiser deux ou trois compatriotes au cours d’expositions ou de rencontres organisées dans les jardins de l’Institut Français, journées du goût entre autres, mais je n’en connais que deux en statut de résident longue durée, l’un travaille dans la restauration vers Minato Ku et est originaire de l’Alta Rocca et un autre évolue dans le milieu de l’animation et du manga, lui est Niulincu. Le Japon est une destination trop lointaine et peut être trop compliquée d’accès pour les corses, plus que tout autre ce pays se mérite et beaucoup de corses ont traditionnellement peur de quitter l’île…

un corse au Japon fait découvrir au blog Andemu le quartier d'Odaiba à Tokyo

Le quartier d’Odaiba à Tokyo

Les Japonais connaissent-ils la Corse ?

Les japonais connaissent relativement peu la Corse, ils ont déjà du mal à situer convenablement l’Europe sur une carte, la destination est trop lointaine et ne présente, somme toute, que peu d’intérêt pour eux. Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens il existe de grandes étendues non habitées ici, beaucoup de parcs nationaux et la politique très écolo du pays fait que l’on peut trouver des animaux sauvages tels que des singes ou des tanuki, sortes de gros ratons laveurs, en très proche banlieue de Tokyo, dans les forêt épaisses qui couvrent les flancs du mont Fuji.

La Corse n’a que sa nature et sa gastronomie à offrir et ça les japonais l’ont déjà chez eux, en beaucoup plus diversifié que nous dans la mesure où le pays s’étend de l’ile Hokkaido avec un climat boréal comparable à celui de la Scandinavie ou du Grand Nord canadien à l’archipel d’Okinawa où là l’environnement tropical se rapprocherait de la Polynésie ou des Antilles.

Il existe cependant des initiatives menées entre autres par mon ami le professeur Hasegawa de l’Université de Yokohama, il organise régulièrement des séjours pour ses étudiants en partenariat avec l’université de Corti. Nous avons par ailleurs accueilli une délégation du Comité des Iles Japonaises en mars dernier, ils sont venus étudier le principe de continuité territoriale.

Christian Martelli, fondateur de la marque d'import/export Okaeri Japan devant le Osaka Castle

Osaka Castle

Trouve-t-on des produits corses au Japon ?

Je sais qu’un magasin de produits européens de Ginza à Tokyo propose de l’huile d’olive de Balagna, présentée comme un produit de luxe dans des petits flacons, on peut aussi trouver des confitures et, plus surprenant, j’ai même vu de la bière dans une boutique spécialisée située près du Sky Tree.

J’essaie de promouvoir quelques produits mais c’est très difficile dans la mesure où il n’existe pas de réelle infrastructure en Corse œuvrant pour la promotion des produits insulaires sur des marchés aussi éloignés, donc difficiles. Il semblerait que les choses évoluent au niveau de la filière viticole, je suis en contact avec le responsable du Comité des Vins de Corse, secteur Asie, il est basé à Hong Kong et semble motivé. Il y a donc de l’espoir même si ça prendra du temps.

huile d'olive de corse au Japon

De l’huile d’olive de Balagne au coeur de Tokyo

Un conseil à donner à des corses qui voudraient tenter l’aventure au Japon ?

Comme indiqué plus haut le pays se mérite, il faut donc savoir faire preuve de courage et d’abnégation et surtout réfléchir à ce qu’on peut lui apporter. les domaines d’activités où l’on peut dire que les corses sont meilleurs que les japonais étant relativement restreints mieux vaut ne pas rater son coup.

Il n’existe aucune tradition d’immigration ici et plus de 99% des habitants sont japonais, beaucoup des 1% restant sont des asiatiques, Coréens, Chinois, Philippins etc… autant dire que le fait qu’un Corse vienne vivre en partie chez eux est considéré comme quelque chose de vraiment très exotique.

Autre difficulté, et de taille, le peu d’intérêt qu’ils ont pour les langues étrangères, je ne pourrais pas vivre dans ma campagne de Saitama si je n’avais pas quelques notions de japonais, on peut bien sur habiter dans des grandes villes comme Tokyo en ne parlant que l’anglais mais les choses se compliquent vite dès qu’on dépasse les limites de la mégapole.

Pour terminer le niveau de vie est bien entendu plus élevé qu’en Corse, il faut cependant tenir compte du fait que le modèle est beaucoup plus nord américain qu’européen, un ou une jeune corse débarquant directement à Tokyo ou à Osaka aura du mal à trouver ses marques et se sentira moins « encadré » qu’en Europe, chose à savoir.

En savoir plus :

Site Internet de l’entreprise de Christian : Okaeri-Japan

8 raisons d’imposer aux restaurateurs corses de proposer 70% de produits locaux

8 raisons d’imposer aux restaurateurs corses de proposer 70% de produits locaux

8 raisons d’imposer aux restaurateurs corses de proposer 70% de produits locaux

Utopique ? Certainement pas ! Dario Nardella, le maire de la ville de Florence en Toscane vient de faire passer une loi qui fait beaucoup de bruit en Italie : Tout nouveau commerce ou restaurant qui souhaite ouvrir ses portes dans la ville de Michelangelo doit proposer 70% de produits locaux ! Dans ce reportage, le maire explique avoir introduit cette loi pour sauvegarder l’identité et l’âme de Florence menacée par l’arrivée des fast food et autres grandes châines de restauration étrangères.

Alors pourquoi ce qui se fait à Florence serait impossible en Corse ? Voici 8 raisons qui vous montreront les effets bénéfiques qu’aurait cette loi en Corse.

1/ Dynamiser l’économie corse
Première raison évidente, en consommant local, on enrichit les producteurs de l’île, et on leur permet ainsi d’investir pour développer leur produits et savoir-faire.

produit-corse-safran-cozzano-zaffaranu-andemu-corsican-saffron-artisant

2/ Développer l’emploi en Corse
La seconde raison découle de la première, quand le carnet de commande d’un producteur explose, il doit à un moment donné embaucher pour répondre à la demande.

3/ Exporter les produits corses
En succombant au charme de produits d’exception dans nos restaurants, nos chers visiteurs ne pourront qu’être incités à l’idée d’en ramener un petit peu dans leurs valises, et par la suite, en commander directement sur internet.

export des produits corses et confitures corses. imposer les restaurants corses à servir des produits locaux

La confiture au Brocciu O Mà fait la pose à Strasbourg

4/ Donner une meilleure image de la Corse
L’Italie possède les plus belles villes d’Europe et des paysages magnifiques, pourtant la première chose à quoi les gens pensent quand ils entendent Italie, c’est à la cuisine. Et ça donne toujours envie de partir quelque part où l’on sait qu’on va bien manger non ?

Améliorer l'image de la Corse grâce à la cuisine corse - imposer produits corses dans restaurants corses

La découverte de la cuisine corse dans le Top 10 des raisons de venir en Corse selon l’Agence du Tourisme de la Corse

5/ Attirer une nouvelle clientèle touristique
Une clientèle qui vient pour autre chose que la plage et la bronzette, une clientèle qui vient tout au long de l’année pour booster l’économie locale…

6/ Booster le commerce local

Inciter les Corses à fréquenter davantage les commerces et restaurants en les rassurant sur l’origine des produits qu’ils consomment. Une belle façon d’en finir avec les « attrape-touriste »

Le totebag corse Miccanome I'm not a tourist, I live here. Pourquoi imposer les produits locaux dans les restaurants corses ?

Eradiquer la peur des locaux de tomber dans des « atrape-touriste »

7/ Ne plus être dépendant des grèves de nos amis marins
Si autrefois les Corses craignaient l’arrivée des envahisseurs par la mer, il arrive aujourd’hui que les bateaux soient attendu comme le Messie durant certaines périodes de l’année… paralysant ainsi toute l’économie de l’île.

grève à la sncm. pourquoi imposer les restaurateurs corses à proposer des produits locaux

Ne plus être dépendant des grèves de nos amis marins

8/ Réduire la pollution
Plutôt que d’importer des marchandises venant de milliers de Km, se fournir en Corse permettrait de réduire la pollution liée au transport.

pollution-bateau-sncm-corse-blog-andemu

Alors, qu’attendons nous ?

10 questions à Laura-Maria et Laura – Les fondatrices de Lulishop

10 questions à Laura-Maria et Laura – Les fondatrices de Lulishop

10 questions aux fondatrices de Lulishop

C’est en revenant en Corse l’année dernière après plusieurs expériences passées à l’étranger que Laura-Maria et Laura décident de fonder LULISHOP : une plateforme qui rassemble une vaste sélection de produits corses. Demain elles seront à Paris à l’occasion du SenseMorning, un Evénement ouvert à tous qui met à l’honneur les 8 Startups sélectionnées par le SenseCube  (sur un total de 210) pour leur projet innovant. Rencontre avec Laura-Maria et Laura, les 2 créatrices de cette nouvelle plateforme corse.

C’est quoi Lulishop ?
LULÌSHOP est la première marketplace qui regroupe une sélection d’artisans, créateurs et designers corses.
Un espace qui permet à ces derniers de vendre directement leurs beaux produits.

LULISHOP la marketplace des artisans corses

Qui se cache derrière ce E-Shop ?
Deux amies d’enfance, Laura-Maria et Laura. Toutes deux du Centre Corse, à la fois profondément attachées à notre île, et passionnées par l’ailleurs.
Nous avons chacune roulé nos bosses à l’étranger (la première en Italie, la seconde en Angleterre) avant de rentrer en Corse il y 1 an pour y lancer LULÌSHOP.
Depuis quelques semaines, Guillaume a intégré l’équipe! Il est maintenant notre CTO, responsable de la technique.

lulishop-créatrices

Quels types de produits trouve-t-on sur votre site ?
À la fois de l’artisanat et des créations. Des objets issus d’un mélange entre savoir-faire et créativité. Des produits de qualité, originaux et authentiques, ce que nous appelons des Original Corsican Products: une vraie offre lifestyle de produits variés allant de la décoration, à la mode en passant par la vannerie et les objets pour enfants!

LULISHOP - Shop directly from corsican artisans and designers

Quels sont les impacts positifs émanant de Lulishop ?
LULÌSHOP permet à la fois à ceux qui ont déjà un site de vente en ligne de bénéficier d’effets de synergie, mais aussi et surtout à ceux qui ne s’étaient jamais lancés dans la vente sur internet, d’accéder à un nouveau canal de distribution. Nous accompagnons ceux qui pourraient se sentir loin du digital, avec l’idée que la vente en ligne peut leur donner accès à nouveaux débouchés et ainsi leur permettre de continuer à vivre de leur savoir-faire.
Soutenir l’emploi local et diminuer la fracture numérique fait partie des objectifs de LULÌSHOP.
Un autre objectif qui nous tient à cœur depuis le tout début de l’aventure est la mise en avant de la créativité et des savoir-faire corses. Les produits qui représentent notre territoire sont trop souvent des objets clichés et fabriqués dans des pays à bas coût de production : on a tous en tête le fameux sanglier en peluche, ou le mug à tête de maure made in China. L’une des raisons pour lesquelles nous avons créé LULÌSHOP est la mise en avant des produits qui sont imaginés et/ou fabriqués en Corse par des passionnés, des personnes qui s’attachent à valoriser des savoir-faire tout en les modernisant.
Enfin, tout ceci permet de consommer localement, des produits de qualité et originaux et de soutenir les créateurs et artisans insulaires.

Parvenez-vous à vendre vos produits hors de Corse ? 
Nous avons eu depuis le lancement des commandes hors de Corse, même si c’est encore loin d’être la majorité. Il pouvait s’agir de la diaspora mais pas toujours ! (Italie, Allemagne, Suède).

C’est quoi Sensecube ?
Le SenseCube est un accélérateur de startups qui a pour vocation d’accompagner des entrepreneurs sociaux et environnementaux innovants dans leur projet.
Cet accélérateur émane de MakeSense qui permet à n’importe qui d’agir à son niveau sur des causes sociétales et environnementales.

sensecube

Comment Lulishop a été sélectionné par Sensecube ?
Nous avons candidaté par écrit tout comme plus de 210 autres startups (!) en mettant en avant ce que nous avons fait en Corse mais aussi et surtout en mettant en avant notre désir de développer notre concept à d’autres territoires qui rencontrent des problématiques identiques à celles de la Corse s’agissant de la mise en avant de l’artisanat et de la création mais également pour aider ceux qui créent et qui se sentent loin du digital d’en faire une réelle force.
Le process de sélection a été assez intense, avec un entretien téléphonique, puis 2 jours de bootcamps dans les locaux et enfin un oral final devant un jury d’experts.
Puis la bonne nouvelle est tombée: nous faisons partie des 8 startups qui forment la 4ème promo du SenseCube (evviva!!)

En quoi consiste l’événement de Mercredi ? Qui peut y assister ?
L’évènement de mercredi s’appelle le SenseMorning  et sera l’occasion de présenter les 8 nouvelles startups sélectionnées par le SenseCube à un public mêlant personnes de la communauté MakeSense, curieux, mentors et personnes voulant simplement siroté un smoothie (oui il y aura des smoothies).
Cet évènement est ouvert à tous et a lieu 11 rue Biscornet à 7h30. Venite puru !

sensemorning

Quels sont les prochains événements où on pourra retrouver Lulishop ?
On organisera certainement un évènement au SenseCube avant l’été. Vous trouverez des infos sur notre page Facebook dès que l’événement sera fixé.
Nous sommes également partenaires du festival CREAZIONE qui aura lieu du 26 au 29 mai à Bastia au Palais des Gouverneurs.
On organise également une soirée Disco Sfacciata avec les copains de Disgrace et Pigliati Què le 21 avril à Corte, au Bar de la Haute Ville, Place Gaffory.

Les projets futurs de Lulishop ?
Continuer à faire grandir la plateforme corse avec l’arrivée de nouveaux artisans et créateurs.
On souhaite également à terme développer notre concept sur d’autres territoires… et c’est pour ça que nous avons candidaté au SenseCube. Work in progress!

En savoir plus

LULISHOP Site Web

SenseMorning Facebook Event 11 Rue Biscornet, Paris

11 questions à Tania, Présidente de Corsica Beauty

11 questions à Tania, Présidente de Corsica Beauty

11 questions à Tania, Présidente de Corsica Beauty

A l’heure où de plus en plus d’entreprises prennent conscience de la nécessite d’effectuer leur révolution numérique, il y’a les startup nouvelles générations qui, elles, préfèrent procéder à l’envers. On crée sa boutique en ligne d’abord, la boutique de proximité ce sera pour plus tard. C’est de cette façon Tania et Aurelia ont décidées de lancer leur activité en 2014. Résultat 2 ans plus tard : 50% de leurs produits sont vendu hors de Corse et 2 boutiques de proximité ont vu le jour. Corsica Beauty, un exemple qu’Andemu a voulu voir de plus près. Tania nous raconte comment, avec sa soeur, elles en sont venu à créer le E-Commerce de la Beauté Corse.

Corsica Beauty c’est quoi ?

Corsica Beauty c’est un concept réunissant tous les produits à trait à la beauté corse, En partant de la cosmétique, passant par les senteurs, et allant jusqu’aux bijoux et accessoires de créateur Corses. En plus d’un site web et d’un blog nous avons deux boutique, une à Algajola, l’autre à Calvi.

vi_corsica_beauty_cosmetique_corse

Qui se cache derrière cette jeune entreprise ?

C’est Tania et Aurelia, deux sœurs corses, qui sont à l’initiative de cette jeune entreprise.

Comment vous est venu l’idée de créer Corsica Beauty ?

Nous avons créée Corsica Beauty car nous nous sommes rendu compte qu’il y avait de nombreuses richesses sur notre île et déjà plusieurs créateurs tentaient de les mettre en valeurs, mais n’étaient pas vraiment connu, nous avons alors décidé de mettre en lumières toutes les initiatives de l’île.

immortelle-cosmétique-corse-bien-être-événement-balagne-île-rousse

Les atouts de la cosmétique corse ?

La cosmétique Corse est une cosmétique naturelle ou bio, à base d’actifs issus de l’agriculture locale, formulé dans le respect du patrimoine, de l’homme et de la nature.

Quels types de produits peut-on trouver chez vous ?

Vous pouvez trouver des cosmétiques pour le visage, le corps, les cheveux, mais aussi pour homme, enfant et femme enceinte. Nous proposons des senteurs pour la maison: diffuseurs, vaporisateurs, bougies…Bijoux et accessoires de créateurs corses, pièces uniques et exclusivités, mais aussi huiles essentielles et eaux florales, ainsi que des compléments alimentaires.

coffret_immortelle_corse_corsica_beauty

De quelles zones géographiques proviennent vos clients ?

50% de notre clientèle se situe en Corse, 40% en France,et 10% dans l’Union Européenne.

Quels canaux utilisez-vous pour communiquer sur votre offre ?

Nous communiquons essentiellement grâce aux réseaux sociaux et notre blog, mais nous avons aussi des prospectus pour nos boutiques, nous faisons des campagnes publicitaires 4×3.

La place du numérique dans votre développement ?

Le numérique est l’essence même de notre projet il a une place très importante.

Vos objectifs pour l’avenir ?

Développer nos points de ventes sur le terrain.

Les prochains événements Corsica Beauty ?

Nous serons le 31 mars à Paris à l’occasion de l’Evénement La Beauté Corse fait escale à Paris. Le public Parisien pourra venir nous rencontrer à partir de 19h à l’Epicerie fine A La Main située dans le 2ème Arrondissement de la capitale.

soiree_corse_paris_sur_la_corse_paris_beauté

Ou peut-on se procurer les produits Corsica Beauty ?

Directement sur notre site internet www.corsicabeauty.com ou dans notre boutique d’Algajola (rue a marina), ou celle de Calvi (rue clémenceau).

acheter_produits_corsica_beauty_cosmétiques_corses