Sélectionner une page
Interview avec Adrien Aumont – Co-fondateur de KissKissBankBank

Interview avec Adrien Aumont – Co-fondateur de KissKissBankBank

Interview avec Adrien Aumont – Co-fondateur de KissKissBankBank

Même quand on est persuadé d’avoir l’idée du siècle, il n’est pas toujours évident de trouver le bon levier pour la financer. Heureusement le crowdfunding est arrivé. Et qui de mieux pour en parler que le co-fondateur de la première plateforme de crowdfunding en Europe ? Cette semaine, Adrien Aumont a donné une conférence à Bastia Ville Digitale durant laquelle il a expliqué comment il voit l’utilisation du crowdfunding et ce que cette nouvelle méthode de financement peut apporter à la Corse.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis co-fondateur de KissKissBankBank, de Hello Merci et de Lendopolice qui sont 3 plateformes de crowdfunding (financement participatif). Kiss Kiss Bank Bank fait du don en échange de contrepartie et s’adresse à tous les secteurs de la culture, de l’innovation et de la solidarité. Hello Merci fait du prêt à taux 0 entre particulier et touche beaucoup d’artisans, d’agriculteurs et de commerçants.

Lendopolice c’est le financement des PME et TPE, on propose aux français de diversifier leur épargne en prêtant directement à l’économie réelle c’est à dire à nos entreprises françaises.

Nous sommes leaders français du crowdfunding si on prend le volume de nos 3 plateformes puisqu’on en est à presque 65 millions d’euros collectés. Et je suis aujourd’hui à Bastia pour parler de crowdfunding.

La création de KissKissBankBank ?

On a crée kissKissBankBank avec Ondeline et Vincent. Ondeline est ma soeur, Vincent le mari d’Ondeline. Donc c’est une startup familiale, on a connu des PME familiales, maintenant on a aussi des startups familiales. On a commencé cette aventure parce qu’Ondeline travaillait dans la musique depuis 10 ans, et au moment où le peer to peer a permis aux gens de partager leur musique et le contenu de leur disque durs les uns avec les autres à travers le monde. Tout d’un coup le secteur de la musique a vécu une chute de volume d’affaires assez conséquente. A ce moment là, Ondeline a découvert une étude qui montrait que le chiffre d’affaires de la musique tombait en flèche et que paradoxalement les gens n’avaient jamais autant écouté de musique de leur vie. C’était la fin de Myspace, le début de Facebook. Et Ondeline s’est dit si les gens sont capables de partager la passion de la musique sur Myspace et de partager des choses extrêmement intime comme les photos de leurs enfants sur Facebook, peut-être qu’ils sont aussi capable de partager de l’argent pour réaliser des projets, et pour faire que des projets musicaux puissent continuer de voir le jour, donc tout a commencé dans la musique, puis on a ouvert à tous les secteurs créatifs, innovants, solidaires, et ensuite à tous les secteurs économiques de notre pays et d’autres pays en Europe.

Adrien Aumont, fondateur de Kiss Kiss Bank Bank à Bastia

Adrien Aumont, fondateur de Kiss Kiss Bank Bank à Bastia

Comment rebondir après un échec ?

Je vais très lâchement reprendre une citation de Samuel Beckett, et elle sera inexacte parce que ma mémoire est bancale, si je me souviens bien il disait qu’”il faut rater, rater encore, rater encore et si possible rater de mieux en mieux”. Et je crois que c’est exactement ça, je pense que je passe ma vie à rater des choses, et que je me perfectionne et que je rate de mieux en mieux, au fil du temps et je pense que c’est la force de tous les entrepreneurs de continuer à rater en étant encore plus performant.

Le crowdfunding, un levier pour la Corse ?

Dans le crowdfunding, notre métier c’est de mettre des cables entre les citoyens, entre tous les corses, entre tous les français, entre tous les gens dans le monde entier, pour qu’on soit autonome dans nos financements. C’est de la finance peer to peer, je parlais de peer to peer en parlant de musique tout à l’heure, mais là c’est finalement une innovation parce qu’elle nous rend autonome. parce que ça nous permet de réaliser nos projets sans demander l’aval de quelqu’un. Donc on parle des corses comme étant des gens fier, les corses ont aussi une grande volonté d’autonomie, et je pense que la plus grande des autonomies aujourd’hui c’est le financement peer to peer, c’est de pouvoir être main dans la main, entre français, entre corses, dans un village, dans une région, avec des gens qui partagent la même passion que nous. Et aujourd’hui les réseaux sociaux et Internet permettent d’être connecté avec des gens à travers le monde qu’on ne connaissait pas forcément mais qui regardent dans la même direction que nous. Et donc aujourd’hui ce qu’on propose c’est de financer ces projets avec les gens qui nous entourent au quotidien mais aussi avec les gens qui partagent la même passion que nous qui sont à l’autre bout de la planète et qui peuvent nous permettre d’être autonome dans la réalisation de nos projets et dans la réalisation que l’on peut faire de soi-même.

Bastia Ville Digitale : Le rendez-vous Méditerranéen de l’économie du numérique

Bastia Ville Digitale : Le rendez-vous Méditerranéen de l’économie du numérique

Bastia Ville Digitale : Le rendez-vous Méditerranéen de l’économie du numérique

Le 10 octobre prochain s’ouvre la sixième édition du rendez-vous incontournable du numérique en Corse : Bastia Ville Digitale. Si la volonté de rendre le numérique accessible à tous fait toujours partie de l’ADN de l’événement, cette 6e édition le positionne désormais comme le rendez-vous Méditerranéen de l’économie du numérique et de l’entrepreneuriat digital.

Aux origines de Bastia Ville Digitale

Depuis 2011 la manifestation organisée par l’association Emaho oeuvre pour l’accessibilité au numérique au plus grand nombre. A l’origine du lancement, un constat : peu d’actions étaient menées en ce qui concerne la formation et l’accompagnement dans l’économie du numérique en Corse. De là a germé l’idée d’un événement qui ferait bouger les lignes, réveillerait les consciences et déclencherait des projets made in Corsica.

Programme de l'édition 2016 de Bastia Ville Digitale

Développer l’économie corse 2.0

4 ans plus tard et après l’émergence de dizaines de start-ups corses, le label Corsican Tech,  créé par l’association, voit le jour et permet de fédérer bon nombre de start-ups insulaires. En 2015, l’événement prend alors un virage startup important. Au désir de transmettre s’ajoute désormais celui d’accompagner des jeunes entreprises insulaires qui n’ont que quelques mois et qui oeuvrent dans des secteurs tout à fait nouveaux.

Corsican Tech, l'organisme qui fédère les start-ups corses

Des intervenants prestigieux

Et cette année, les jeunes pousses insulaires auront la chance d’être accompagné par des cadors de l’économie numérique. Au programme de ces 5 jours 2.0 du côté de Bastia, plus de 16 conférences et tables rondes en compagnie de 30 intervenants spécialistes.

Conférence et rencontres de Bastia Ville Digitale

Cette année la Corsican Tech s’ouvre sur le monde en recevant l’écosystème numérique basque, invité d’honneur de cette 6ème édition : La Ocean Tech du Pays Basque.

Pas moins de 4 spécialistes feront le déplacement depuis le Pays Basque pour parler esprit d’entreprise, financement de start-up ou encore numérisation des territoires.

La Ocean Tech invité d'honneur à Bastia Ville Digitale

Autre invité et partenaire de prestige, Eric Leandri, le président co-fondateur du moteur de recherche européen Qwant né pour garantir la vie privée des internautes.

Eric Leandri , Co-fondateur du moteur de recherche Qwant à Bastia Ville Digitale

Eric Leandri , Co-fondateur du moteur de recherche Qwant à Bastia Ville Digitale

La manifestation reçoit également Adrien Aumont, qui n’est autre que le fondateur de Kiss Kiss Bank Bank la première plateforme de crowdfunding européenne. Ce dernier animera des conférences sur la culture de l’échec ou encore le financement des start-ups. A ces côtés interviendront 4 experts de l’organisme Ekito : Un accélérateur avec une équipe de 60 experts qui accompagnent plus de 200 start-ups depuis 2005.

Adrien Aumont, fondateur de Kiss Kiss Bank Bank à Bastia

Adrien Aumont, fondateur de Kiss Kiss Bank Bank à Bastia

Des dizaines d’autres intervenants à l’expérience prestigieuse issus du monde de la finance, du numérique ou encore du droit s’ajouteront à cette délégation de gala pour prêter main forte aux start-ups insulaires et donner des conseils à ceux qui auraient envie de se lancer !

Un public de 7 à 77 ans 

Si l’univers start-up est bien présent, une grande place sera encore une fois accordée à la transmission des pratiques numériques aux plus jeunes. Pendant 5 jours, le Fab Lab de Corte et Roboti Camp se joignent à l’association Emaho pour initier le public aux arts et métiers du numérique. 7 ateliers sont ainsi programmés au Centre Culturel Una Volta.

Ateliers transmission pour enfants de Bastia Ville Digitale

Pour clôturer cette sixième édition, Bastia Ville Digitale accueille le vendredi 15 octobre une soirée  pop et électro hip-hop avec les artistes insulaires Milà Auguste, Ciguri, Pasquaaah! accompagnés de pFeL, le DJ du groupe electro C2C nommé 4 fois champion du monde de DMC qui enflamme les scènes du globe avec ses compositions mêlant électro, hip-hop et rock.

soiree-bastia-ville-digitale-blog-andemu

Que ce soit pour s’initier à la robotique, au graphisme ou au photomontage, ou alors pour développer son entreprise ou tout simplement pour s’inspirer, vous aurez forcément une bonne raison de vous rendre à cet événement.

Andemu partenaire de Bastia Ville Digitale

Parce que la Corse n’a pas le droit de passer à côté de la révolution numérique, Andemu est partenaire de cette 6e édition de Bastia Ville Digitale. Restez connecté sur le blog pour ne rien manquer de cet événement unique en Corse dont l’écho grandit d’année en année.

En savoir plus