Sélectionner une page

La langue corse à l’honneur à Rome

Du Bonifacien au Cap-Corsin, la diversité des parlers sur une petite île de 320 000 habitants a de quoi intriguer. Ces disparités au sein même de la langue corse sont au coeur du XXVIII Congres International des Langues et Philologies Romanes qui se tient cette semaine à l’Università di Sapienza à Rome et qui réunit  500 communicants Européens avec une délégation de chercheurs insulaires. Dans le même temps, une messe en langue corse sera chantée dans le quartier de Trastevere dans le cadre du projet Guardia Corsa Papale.

Une île, plusieurs parlers

Entre les influences génoises et toscanes, le Corse est une langue riche de sa diversité. Cette diversité est plus connue des chercheurs sous le nom de “parlers corses”. Les parlers corses ont été déterminés par Marie Josee Dalbera Stefanaggi dans sa thèse publiée en 1991 Unité et diversité des parlers corses.

Unité et diversité des parlers corses

Unité et diversité des parlers corses par Josee DalberaStefanaggi

A l’heure où la langue corse est-elle même en péril, la situation est encore plus préoccupante en ce qui concerne les parlers. Car si beaucoup de jeunes lisent, écrivent et comprennent le Corse, il n’en est pas de même pour le Bonifacien par exemple, qui est parlé par quelques dizaines de personnes seulement.

Devant l’urgence, des chercheurs de l’université de Corse parcourent toute l’île afin de constituer une base de données de la langue corse. Cette base de données fait le pari de rassembler l’ensemble des parlers corses sur une même plate-forme. En entrant un mot en français, cette plate-forme de l’Université de Corse vous permet d’obtenir la traduction dans les différents parlers corses. Exemple avec le mot “chien” qui ne s’ortographie pas du tout de la même façon selon qu’on soit à Ajaccio ou Antisanti. En plus de l’orthographe, cette base de données met également en lumière les différences qui existent dans la prononciation phonétique d’un même mot . Ainsi “U Cane” ne se prononce pas pareil entre Ajaccio et Aldandu.

La banque de données de la langue corse de l'université de Corse

3 chercheurs de l’Université de Corse à Rome

Ce travail aussi important que complexe est réalisé par les doctorants-chercheurs de l’Università di Corti et fait l’objet du déplacement de certains d’entre eux à Rome du 18 au 23 Juillet à l’occasion du XXVIII Congres International des Langues et Philologies Romanes. 3 chercheurs font le déplacement pour présenter à leurs confrères Européens leur projet : Onomasiologia e semasiologia : da un database dialettale all’elaborazione di un dizionario

La Corse au congrès internationale des langues et fologies romanes à Rome

Stella Retali-Medori – Docteur et Maître de conférences dialectologue se concentre sur les parlers italo-romans et plus spécifiquement corses. Elle a d’ailleurs réalisé une thèse sur les parlers corses au sein du cap corse.

Aurelia Ghjacumina Tognotti sera également du déplacement. Cette docteur en dialectologie à l’université de Corse était déjà du voyage pour le festival Kalendamaya de Finalborgo au mois de Mai dernier en Ligurie. Elle s’attelle depuis 7 ans à recueillir, valoriser et restituer le patrimoine linguistique corse.

Luniversità Sapienza à Rome là ou se tiendra le congres international des langues et filogies romanes

Le troisième membre de la délégation de l’università di Corsica est Francescu Maria Luneschi, chercheur linguistique qui lui aussi était du voyage en Ligurie en Mai dernier. Ce dernier s’occupe des lexiques thématiques et en particulier de celui de l élevage.  Il s’entretient avec les locuteurs dans les villages afin de cartographier l’usage des mots, savoir où ces derniers sont diffusés, les limites et comment ils circulent, notamment par les chemins de transhumance. Cette circulation des mots via les chemins de transhumance constitue d’ailleurs le coeur de son intervention à Rome cette semaine.

Une messe célébrée en Corse à Trastevere

Dans la foulée de ce XXVIII Congres International des Langues et philologies Romanes qui se tient à l’Università Sapienza, une autre manifestation met en lumière les liens qui exsitent entre Rome et la Corse. Vendredi 23 Juillet à 18h30, une messe corse sera célébrée en la Basilique San Grisogno à Trastavere. Ce quartier historique de la Cità Eterna était autrefois une enclave corse au coeur de Rome. C’est en effet là que résidait la Guardia Corsa Papale.  Durant des siècles, les Corses ont été les défenseurs de l’Etat pontifical et ce jusqu’en 1674, année durant laquelle le roi Louis XIV somma le pape Alexandre VII de se séparer de cette garde. Le traité de Pise scella le sort de cette garde corse renvoyé alors aux oubliettes.

Associu guardia corsa papale à Roma

Mais un traité ne peut pas effacer à lui seul une présence de plusieurs siècles. Le quartier de Trastavere regorge de vestiges qui rappellent la présence des corses. Afin que ces souvenirs et ces faits historiques ne soient pas oubliés, l’Associu Guardia Corsa Papale a été crée. C’est elle qui organise ce vendredi la célébration d’une messe en langue corse en la Basilique San Grisogno qui renferme, elle aussi, des trésors de la présence corse en terre romaine.  

Messe corse célébrée à Rome dans la basilique San Grisogno

Image d’un précédent rassemblement insulaire à Rome ©Andre Delogu

En savoir plus :