Interview avec Maïlys Ray du blog Very Wine Trip

Maïlys Ray, du blog Very Wine Trip dévoile au blog Andemu le regard qu'elle porte sur le vin corse

Interview avec Maïlys Ray du blog Very Wine Trip

Depuis Toulouse, Maïlys est à la tête d’un blog fondé il y a maintenant 4 ans et qui a su se faire une place de choix dans le monde du vin francophone. Aux côtés des vignerons du Rhône et du Sud Ouest, Very Wine Trip met régulièrement les vignerons Corses au premier plan.  Aujourd’hui Maïlys nous dévoile le regard qu’elle porte sur la filière viticole corse et son potentiel pour l’avenir.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Maïlys Ray, j’ai 35 ans, je suis d’origine lyonnaise et je vis à Toulouse depuis 6 ans maintenant.

Après avoir obtenu mon diplôme de l’ESSEC, j’ai travaillé pendant plus de 7 ans dans le marketing agroalimentaire avant de tomber dans l’univers du vin par passion.

Une passion qui s’est d’abord traduite par la création de Very Wine Trip, mon blog, qui fêtera ses 4 ans d’existence début 2017. Puis le vin s’est invité aussi dans ma vie professionnelle puisque je travaille depuis presque 3 ans en tant que consultante freelance en communication numérique dans le monde du vin. Le vin est donc très présent dans mon quotidien, mais j’aime aussi beaucoup la cuisine et la photo.

D’où vient ton amour pour le vin ?

Comme je le disais dans le premier article de Very Wine Trip, mon histoire avec le vin a été un peu compliquée. Si j’ai toujours aimé la bonne chère, j’ai longtemps grimacé à la simple évocation d’un verre de rouge ou de blanc et il a fallu attendre une vingtaine d’années, un passage de 5 ans à Avignon et la rencontre de mon cher et tendre pour que je commence à m’intéresser un peu au vin.

Une fois passée mes premières appréhensions, j’ai non seulement appris à mieux connaître le vin, mais j’ai aussi découvert un univers qui m’a tout simplement passionnée et que j’ai eu envie d’explorer davantage en allant à la rencontre des hommes et femmes du vin. Et depuis, cette passion ne m’a jamais quittée.

Interview avec Maïlys Ray du blog Very Wine Trip

Et pour le vin corse ?

Mon compagnon est Corse, donc j’ai la chance de venir régulièrement sur l’île depuis plus de 9 ans maintenant. En goûtant quelques vins blancs lors de mes premiers séjours en Corse, j’ai été séduite par leur caractère et cela m’a donné envie de m’intéresser aux spécificités des vins corses. Mes rencontres avec plusieurs vignerons, lors de mes séjours sur l’île ou lors de salons professionnels, ont fait le reste en me permettant d’approfondir mes connaissances de la production insulaire. Tout cela a fini par me convaincre que ces vins gagnaient vraiment à être connus.

Et comme je trouvais qu’on ne parlait pas suffisamment des vins corses sur le continent, j’ai eu envie de jouer un peu les ambassadrices à ma façon sur mon blog et sur les réseaux sociaux de façon générale. J’adorerais d’ailleurs avoir plus de temps pour pouvoir me déplacer plus souvent en Corse à la rencontre de vignerons insulaires et pour pouvoir écrire encore davantage sur ces vins, sur Very Wine Trip, mais aussi pourquoi pas ailleurs.

Les vins de Corse régulièrement mis en avant sur le blog Very Wine Trip
La Corse régulièrement mise en avant sur le blog Very Wine Trip

Tu es sur Toulouse, On y trouve facilement du vin de Corse ?

Non, malheureusement, trouver du vin corse à Toulouse reste encore un peu compliqué. Les vins corses sont globalement assez peu implantés dans la Ville Rose, mais en creusant un peu et en faisant le tour de plusieurs cavistes, il est tout de même possible de trouver les vins de plusieurs domaines insulaires (le Domaine Arena, le Clos Nicrosi, le Domaine Abbatucci et le Domaine U Stiliccionu par exemple). Faire une liste des lieux où trouver des vins corses à Toulouse fait d’ailleurs partie des articles que j’ai en projet !

Ton avis sur la production insulaire ces dernières années ?

Quand j’ai commencé à m’y intéresser il y a environ 6 ans, je trouvais déjà la production insulaire plutôt qualitative, avec quelques domaines qui valaient vraiment le détour. Mais depuis 2-3 ans, j’ai l’impression qu’il y a encore plus de dynamisme et une vraie volonté de l’ensemble des vignerons corses de produire des vins de qualité, en tirant profit de leur terroir exceptionnel et de leurs cépages autochtones. Sans compter tout le travail fait autour de méthodes de production plus respectueuses de l’environnement. Je suis assez épatée quand je vois par exemple le nombre de vignerons qui travaillent aujourd’hui en bio, ou sont en voie de conversion, sur l’appellation Patrimonio. D’ailleurs, Patrimonio est pour moi un très bel exemple de cette dynamique qualitative du vignoble corse depuis quelques années. C’est une appellation qui bouge et ne se repose pas sur ses lauriers, et ceci est en partie le fait de jeunes vigneronnes et vignerons talentueux qui ont repris les domaines familiaux et n’hésitent pas à s’essayer à de nouvelles choses et à communiquer sur leur travail.

Penses-tu que le vin corse peut se développer à l’international ?

Oui, tout à fait. Le vin corse a la chance d’avoir une vraie typicité et des cépages qu’on ne retrouve pas ailleurs, ce qui lui donne un avantage de taille à l’international. Sans compter que le vin corse bénéficie aussi à l’étranger de l’image très positive associée à la Corse. Les vignerons corses ont toutes les cartes en main pour tirer leur épingle du jeu, à condition je pense de travailler ensemble. Ils me semblent d’ailleurs qu’ils rencontrent déjà beaucoup de succès aux Etats Unis.

Si on te demande un accord mets/vin, spontanément, tu penses à quoi ?

Les vins blancs corses font des merveilles avec les produits de la mer, notamment avec les crustacés, et j’avoue que ça reste un de mes accords mets et vins favoris. Je trouve que les rouges se marient très bien aux viandes fortes en goût et aux plats mijotés (pour rester « nustrale », je suis assez fan de l’accord civet de sanglier et rouge de Patrimonio un peu évolué).

J’aime aussi beaucoup les accords mets et vins possibles avec les vins doux de l’île. En version salée avec des fromages bleus par exemple. Et en version sucrée, je pencherais pour un cheesecake brocciu/canistrelli/clémentines corses avec un Muscat du Cap Corse ou pour un fondant chocolat/marron avec un Rappu.

Plutôt rouge, blanc ou rosé ?

Ah, question piège, car en règle générale j’aime les 3 couleurs, et c’est plus le moment ou le plat qui va me faire pencher pour une couleur plutôt qu’une autre. Mais si on parle de vins corses uniquement, je suis un petit peu moins fan des vins rosés, ou du moins, je n’aime que ceux qui sont structurés et vineux car les rosés très clairs ne sont pas trop mon truc.

Sinon, j’aime beaucoup les vins rouges corses, avec une légère préférence pour ceux à base de sciaccarellu, mais ce sont les vins blancs qui restent mon coup de cœur absolu. A mes yeux, les vins blancs corses ont une personnalité à part, qu’ils soient à base de vermentinu ou de biancu gentile, et ils figurent vraiment parmi les plus grands vins blancs de la Méditerranée. Et je regrette d’ailleurs qu’on ne mette pas plus en avant la capacité de ces vins à vieillir. Car pour moi les vieux vins blancs corses se révèlent souvent délicieux et incroyablement complexes.

Ton dernier coup de cœur ?

Cela remonte un peu maintenant, mais l’un de mes derniers gros coups de cœur en Corse a été pour les cuvées Granit, en blanc comme en rouge, du Domaine Vaccelli. J’ai été littéralement bluffée par la très grande finesse de ces vins. Et du côté des rosés, j’ai été séduite par la cuvée A maredda du Domaine Sant’Armettu. Un rosé comme je les aime avec de la matière et de la complexité et qui se révèle parfait à table pour accompagner des plats un peu élaborés.

Comment vois-tu l’avenir des vins de Corse ?

Je suis certaine que les vins corses nous réservent encore de belles surprises et que leur avenir s’annonce radieux. Pour cela, le CIVC et les vignerons doivent poursuivre leurs efforts en matière de communication afin de gagner encore en notoriété en France et à l’étranger, et de faire en sorte que la production s’exporte encore plus en dehors de l’île. Je pense aussi qu’il serait intéressant de montrer davantage le potentiel de garde des vins corses, en rouge comme en blanc. Cela permettrait peut-être de justifier aux yeux de certains le tarif parfois élevé de ces vins, notamment sur le continent.  

Aller plus loin 

Blog Very Wine Trip

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *